Les oiseaux

Depuis que nous sommes arrivés au Costa Rica deux oiseaux sont attendus avec impatience dans notre tableau de découverte, les toucans et les aras.

Nous avons eu la chance de voir plusieurs espèces de toucans à de nombreuses reprises et cela nous émerveille encore à chaque fois. Le toucan a une allure bien différente lorsqu’il est posé, de lorsqu’il est en vol. C’est un oiseau fier et prestigieux lorsqu’on peut admirer, au détour d’une branche, ses multiples couleurs soigneusement détaillées et ses plumes bien lissées.

Cela tranche lorsqu’il prend son envol, quelque peu malhabile avec son long et imposant bec, qui certainement doit peser un certain poids et le déséquilibrer. D’ailleurs son bec lui permet de réaliser un son de claquement très reconnaissable.

Difficile au début de les repérer car ils sont très peureux, dès qu’ils te voient, ils fuient, leur observation nous paraissait il y a encore quelques semaines impossible. Finalement maintenant que nous connaissons leur bruit nous pouvons les repérer plus facilement et cela nous permet d’être plus discret lors de notre approche.

Un vrai régal à chaque nouvelle approche, pour les petits comme pour les grands.

Nous commençons à avoir l’œil aiguisé pour repérer les oiseaux, c’est devenu une activité à part entière entre Tiana et moi, de celle qui va montrer à l’autre une nouvelle espèce, un oiseau rare ou tout simplement un oiseau qu’on aime bien.

L’autre oiseau phare ici est le aras, nous en avions évidemment vu dans les zoos ou parc animalier en France et ailleurs, mais cela nous laissait un petit goût d’amertume de les voir en cage, ces grands oiseaux aux longues ailes et au vol si majestueux.

Il a fallu attendre notre arrivée ici, à Punta Banco, pour avoir la chance de pouvoir les observer.

Je fus la première à pouvoir me délecter de leur présence, bien qu’elle fut furtive, je les ai vu distinctement en vol,j’étais alors la seule à les avoir vu et cela durant au moins deux jours.

Là encore le bruit si particulier propre aux aras nous a permis de les repérer plus facilement et d’autant plus que leur cri précède leur arrivée avec une certaine anticipation. C’est donc en écoutant leur cri que nous avons pu les observer chacun notre tour. Nous avons la chance d’être logés sur leur terrain de jeu ce qui nous facilite grandement leur observation.

Au fur et à mesure des jours nous avons pu cibler quelles étaient leur parcours et leurs habitudes.

Les aras sont très identifiables, pas moyen de les confondre avec une autre espèce d’oiseau, leur cri, parlons en, il est strident, agressif et loin d’être joli à entendre…😂 cela contraste tellement avec la beauté de l’animal aux couleurs vives et franches. Son corps est rouge sur une grande partie, tête et ailes, à cela vient s’ajouter du jaune, du bleu et du blanc. Le aras est vraiment très contrasté entre son élégance et sa prestance, par ses couleurs et sa manière de voler, c’est un vrai spectacle. Ils possèdent une longue queue, ce détail nous permet entre autre de nous facilité leur identification. Ils volent quasiment tout le temps en couple, suivant une chorégraphie digne des ballets de danse les plus prestigieux, nous laissant apercevoir et admirer le détail des couleurs de leur plumage.

C’est aussi un des oiseaux le moins gracieux lorsqu’il est posé sur un arbre, il utilise son bec pour se déplacer et stationne souvent la tête en bas, son cri est aussi à l’antipode de son élégance en vol.

Nous avons pu les observer de vraiment près, ils se nourrissent en outre de fruits qui sont appelés ici des amandes, ils se goinfrent de ce petit fruit et laissent tomber d’une manière nonchalante les restes de leur festin, gare à toi si tu te trouves dessous…😂. Contrairement à leur congénère les toucans, les aras n’ont pas l’air affolé par la présence des humains ou tout autre animal d’ailleurs 😁.

Aujourd’hui après presque deux semaines ici, on peut dire que les aras font partis de notre quotidien et que l’on peut les observer plusieurs fois par jour.

Il faut savoir tout de même que les aras présents ici ont été réintroduits il y a déjà une quinzaine d’année, car l’espèce était en voix de disparition dans la région. L’intégration a donc très bien fonctionné et nous pouvons observer une vingtaine de couple je pense par ici.

3 réflexions sur « Les oiseaux »

  1. Quel beau récit c’est magnifique ce partage avec Tiana que de connaissances et expériences elle vit. Je me rends bien compte aujourd’hui que les parents transmettent leur passion et leur vision. Ce stop lié au confinement me montre chaque jour combien ces partages et expériences sont un fondement. Merci à toi

    J'aime

  2. On a l impression que les plus merveilleux oiseaux se trouvent dans les pays tropicaux..Alors entre les formes les couleurs on ne sait quels sont les plus beaux..Félicitations pour cette presentation

    Aimé par 1 personne

  3. Soso : il est magnifique ton recit ! Ca va être dur de quitter le costa rica non ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close